La 1e de Jean-Baptiste Breton : des poneys à Enghien

26/11/2015 - Focus Elevage
 Le jeune jockey d'obstacle Jean-Baptiste Breton a gagné à 17 ans sa 1e course lundi 23 novembre à Enghien, pour son père Jean-Raymond Breton, l'éleveur de Grand d'Auteuil. "JB" a fait ses classes dans les courses de poneys, la meilleure des écoles du terrain.


Jean-Baptiste Breton enlève sa 1e course à Enghien, à l'âge de 17 ans, en selle sur Belle et Riche à 60/1, face à à la favorite Cardline, associée à Kilian Dubourg, lui aussi sorti des courses de poneys. 
 

En fin d'après-midi l'un lundi glacial à Enghien, au terme d'une course de haies à réclamer pour pouliches de 4 ans, Jean-Baptiste Breton se retrouve à la lutte avec Kilian Dubourg. On pourrait alors se croire il y a 2 ou 3 ans à Cossé-le-Vivien à l'arrivée d'une course de poneys. En effet, dans cette véritable école de jockeys, qui a sorti Olivier Peslier, Maxime Guyon, Jacques Ricou, David Cottin et tant d'autres, Kilian Dubourg, fils de Christophe Dubourg, dominait largement la situation de 10 à 14 ans, avant de passer "chez les grands". Actuellement chez Guillaume Macaire, il compte 7 victoires pour sa 1e saison en 2014 et 13 en 2015.

 


Jean-Raymond Breton (à gauche) et Nathalie Breton (à droite) encadrent Belle et Riche avec leur fils Jean-Baptiste Breton et le propriétaire-éleveur Robert Matossian.

 

De son côté, Jean-Baptiste Breton, s'il a débuté très jeune dans les poneys dès l'âge de 7 ans, y a gagné beaucoup moins de courses que Kilian Dubourg. Néanmoins, il a décroché un Grand Prix sur l'hippodrome d'Angers pour sa dernière sortie en poneys. A Enghien, le jeune garçon a donc connu un immense bonheur partagé en famille. En effet, il remporte sa 1e victoire, alors outsider à 60/1 en selle sur Belle et Riche (Soldier of Fortune), qui n'avait pas justifié son nom jusqu'alors, en battant à la lutte son ancien compère des poneys Kilian Dubourg. De plus, il s'impose pour son père Jean-Raymond Breton, en présence de sa mère Nathalie qui l'a toujours soutenu dans les moments les plus difficiles, aux poneys bien sûr mais aussi lors de son terrible accident.

 


L'élevage de Nathalie et Jean-Raymond Breton, à Pré-en-Pail.

 

En effet, Jean-Baptiste Breton, entré en apprentissage en 2013, a subi une chute grave à l'entrainement à Maisons-Laffitte. Touché au foie, au poumon et aux reins, il est resté entre la vie et la mort à l'Hôpital Beaujon. S'il a perdu un rein, il s'en est heureusement sorti et s'est mis à vraiment guérir dès qu'il a pu remonter à cheval et a pu retrouver sa licence, alors qu'il craignait de ne pas passer les fourches caudines de la médecine. Il vient de rentrer chez Yannick Fouin le 1e novembre mais gagne donc pour son père Jean-Raymond Breton, qui lui-même avait passé de nombreuses années à Maisons-Laffitte avant de s'installer dans l'élevage avec sa femme Nathalie en Mayenne (Elevage Breton), à la frontière de l'Orne, sur une colline de Pré-en-Pail. D'emblée, les Breton ont fait  naître un gagnant de Gr1 (!), Grand d'Auteuil, lauréat du Prix Renaud du Vivier 2011. En parallèle de l'élevage, dont la jumenterie s'élève aujourd'hui à 9 éléments, Jean-Raymond Breton a repris une activité d'entrainement, de débourrage et de pré-entrainement, dans une partie du Haras à Pré-en-Pail où il a construit une piste de 1200 m avec des obstacles en octobre 2014.

On en parle dans l'article

Voir aussi...

Olivier Peslier: ses débuts aux courses de poneys de Cossé le Vivien.

Le crack jockey Olivier Peslier, fidèle partenaire de Goldikova et tant d'autres champions, dont la collaboration avec la casaque Wertheimer vientd de cesser, a commencé sa carrière à l'âge de 12 ans dans son village natal de Cossé-le-Vivien, dans des courses de poneys. Retour en 2011 à la fameuse réunion annuelle en Mayenne, où des témoins de l'époque se souviennent des débuts de celui qui est devenu, 25 ans plus tard, un des plus célèbres pilotes du monde. Avec les photos souvenirs ! Par Lise Hallopé, Fabien Cailler et Arnaud Poirier.

Courses de Poneys de Bagnoles de l'Orne 2012 : l'intégrale

Pour la 1e fois, la ville de Bagnoles de l'Orne a organisé une réunion complète de courses de poneys de la Fédération des Poneys de l'Ouest sur son hippodrome, le dimanche 24 juin. La réunion comportait 8 courses sur 1500 m, par discipline et taille de poneys. Les conditions atmosphériques dantesques ont perturbé le bon des opérations, empêchant même de se disputer les courses de haies, qui se sont transformées en courses plates.

Championnat des poneys de Cossé-le-Vivien 2011 : l'intégrale

C'est ici qu'est né, qu'a grandi et qu'à débuté le crack-jockey Olivier Peslier ! Bourgade de 3000 habitants aux alentours de Laval en Mayenne, Cossé-le-Vivien est le théâtre chaque année le 15 août, du championnat national des courses de poneys. L'édition 2011, animée par Serge Tournour, organisée par la Fédération des Courses de Poneys de l'Ouest et l'Association du poney cosséen, a donné lieu à 8 courses. Grande particularité, le poneydrome de Cossé-le-Vivien (500 m de tour) comporte un parcours de cross country avec passage de gué; Voir ci-dessous l'intégrale des 8 courses au trot, au galop, en haies et en cross (les 2 dernières épreuves). Remerciements chaleureux à 6 jockeys qui ont permis avec leur participation financières à la réalisation de cette opération audiovisuelle : Olivier Peslier, William Saraiva, Ronan Thomas, Tavarès Da Silva, Thomas Messina et Fabien Lefebvre, le coordinateur de cette action.

Courses de Poneys, les jockeys de demain.

Dans l'Ouest de la France, comme ici à Alençon dans l'Orne, les gens ont les courses dans le sang. Tous les dimanches, les familles se retrouvent sur des hippodromes ou des poneydromes établis sur des structures provisoires pour disputer 7 courses de la réunion, selon des critères de tailles et d'allures (trot,  galop, mais aussi obstacle.) Les vedettes du moment s'appellent Kilian Dubourg, le fils de l'ancien bon jockey d'obstacle Christophe Dubourg, et Clément Lefebvre, frère cadet du jeune qui a la cote: Fabien Lefebvre. Il y a quelques années, ces jeunes de 7 à 17 ans s'appelaient Olivier Peslier, David Cottin, Gérald Avranche, Mathieu Androuin, Fabien Levfebvre mais aussi le pilote à qui tout réussit actuellement : Maxime Guyon. Avant de gagner le prix de Diane 2011 avec Golden Lilac, ce gosse de Vitré, en Ile-et-Vilaine, endossait déjà l'habit de lumière le dimanche pour les courses de poneys.