Adelphos : la formidable histoire de l'étalon mystère racontée par Sandra Delmotte

13/04/2021 - Zoom Etalon
Mais qui est donc cet Adelphos, père de Masterboy, impressionnant gagnant de son maiden à Tarbes pour François Rohaut ? Le poulain a été élevé et appartient au Haras d'Haspel, qui est à l'origine des 8 produits connus de ce fils de Kendor à l'histoire incroyable, qui vous est contée par Sandra Delmotte, fille du fondateur du Haras, José Delmotte. 

Masterboy s'impose à Tarbes et braque le feux des projecteurs sur un étalon mystère, Adelphos...On a mené l'enquête !

 

Sous le beau soleil de Tarbes en ce mardi 13 avril, un immense poulain noir fait grosse impression dans son maiden, après avoir débuté 3e dans un beau style. Ce Masterboy, qui a vraisemblablement un brin de classe, est entraîné par François Rohaut pour la casaque de l'écurie d'Haspel. Le Haras d'Haspel, fondé dans l'Orne par José Delmotte, est aujourd'hui une figure bien connue de l'élevage français, et stationne une cinquantaine de juments, avec de récents investissements sur de très beaux pedigrees. Epaulé par sa fille Sandra notamment, José Delmotte oeuvre de plus en plus dans le haut de gamme, mais n'en oublie pas les choix du coeur... C'est bien le coeur qui a parlé avec Masterboy, un fils de "l'étalon mystère" Adelphos, qui à 17 ans coule des jours heureux à Haspel, là où il a donné naissance à... 8 produits !

 

Adelphos (au centre), bataillant avec le futur champion Spirit One (APRH)

 

Mais alors qui est cet Adelphos, et comment en est-il arrivé sur vos programmes de courses en tant que père... Sandra Delmotte explique: " Adelphos a une histoire assez incroyable. Nous n'achetons plus de yearlings, mais à l'époque en 2005, mon père avait des parts à l'entraînement, notamment chez la famille Rossio. Je me rappelle que ce jour-là, notre chien était mort, et nous étions très tristes. Pour se changer les idées, nous sommes allés à Deauville dans l'idée d'acheter un cheval. Dans le premier box de la Cour A à gauche, il y avait ce beau poulain gris par Kendor dont nous sommes tombés amoureux. Mon père l'a acheté pour 21 000 €, sans même regarder le pedigree. C'était Adelphos." Adelphos était à vrai dire très bien né. Fils du fameux Kendor, élevé par la légendaire famille Watinne, il était issu d'une soeur d' Admise, gagnante de listed en France pour David Smaga avant de remporter un Gr.1 aux Etats-Unis à Santa Anita. Cette souche a également fini par donner la très bonne jument d'Auteuil Willdance, ainsi que Montpellier et encore récemment Magneto, un des bons 3 ans de François Nicolle en 2020 ! 

 

José Delmotte avec sa fille Sandra au Haras d'Haspel 


Mais revenons-en à notre Adelphos, qui avait rejoint l'entraînement de Nicole Rossio, sous la casaque de José Delmotte. Précoce, il débute 6e en mai de ses 2 ans, avant d'enchaîner 2 victoires sur les courtes distances. Comme nous l'explique Sandra Delmotte, la suite s'est moins bien passé...: " Adelphos a commencé sa carrière en montrant beaucoup de qualité, et s'est présenté au départ du prix Robert Papin. Malheureusement, il s'est accidenté durant la course et nous avons dû l'arrêter. Il est revenu en piste plus d'un an après, mais n'a jamais été le même cheval qu'à 2 ans. Il avait énormément de vitesse, et avait battu Spirit One à Chantilly, qui a ensuite été l'un des meilleurs 2 ans de l'année... Nous en plaisantons parfois avec son éleveur Kamel Chehboub, en lui rappelant qu'on l'avait battu avec Adelphos (rires) !". Si Spirit One est ensuite devenu gagnant de Gr.1 et un étalon bien connu, Adelphos est tout simplement parti couler une heureuse retraite à Haspel: " Il est à la maison depuis la fin de sa carrière. Nous lui avons fait saillir quelques unes de nos juments, évidemment pas dans un but commercial, mais pour le choix du coeur. Il faut savoir rêver, et ce cheval avait une place particulière pour nous."

 

Sans sa blessure, Adelphos aurait sans doute eu de belles ambitions pour le Haras d'Haspel (APRH)

 

Ainsi, Adelphos a-t-il eu en tout et pour tout 8 produits, dont 3 en 2018 ! Masterboy faisait partie de cette génération, qui est sa dernière. Loin d'être ridicule, Adelphos a eu 7 produits qui ont couru, dont 5 dans l'argent et 2 gagnants désormais: " Contre toute attente, Adelphos a bien produit avec le peu qu'il a eu, explique Sandra Delmotte. Il ramène quand même un peu de vitesse, car la mère de Masterboy ne produit pas vraiment précoce. Nous avons exploité tous ses produits, dont Melphos, qui avait super bien gagné à 2 ans. Il aurait dû courir une listed mais s'est accidenté. C'est assez fou qu'avec le peu de poulains qu'il ait eu, Adelphos nous récompense comme cela. Il ne saillit plus aujourd'hui, mais est toujours au Haras, coulant une paisible retraite. Nous avons acheté ensuite une de ses soeurs par Highest Honor (NDLR: soit le même croisement que Admise), Adulaire, qui a produit plusieurs gagnants dont Lucky Harry, qui a été un cheval à la longévité exceptionnelle." Neveu d'Adelphos, Lucky Harry a gagné plusieurs quintés en France, avant de conclure sa carrière en Martinique à l'âge canonique de 12 ans, avec 24 victoires en 95 sorties ! 

Il est bien trop tôt pour prédire la destinée de Masterboy, qui fait pour l'instant tout de belle manière. Quoi qu'il en soit, il a mis en lumière une histoire incroyable. Si le Haras d'Haspel est aujourd'hui une entité à vocation plus commerciale, les Delmotte ont gardé une grosse place pour Adelphos dans leurs coeurs, et il le leur rend bien ! Pourvu que ça dure !

 

Lucky Harry, le neveu d'Adelphos, s'est rendu célèbre en Martinique après avoir été un vrai dur dans les handicaps en France (APRH)


Voir aussi...